Les conséquences politiques de la paix
BAINVILLE (Jacques)
22.90 €
Disponible en stock
Les Conséquences politiques de la paix est un ouvrage écrit en 1920 par Jacques Bainville, dans lequel est dénoncé le traité de Versailles de 1919 en ces termes célèbres : 

"Une paix trop douce pour ce qu'elle a de dur, et trop dure pour ce qu'elle a de doux."
Bainville, dans cette analyse majeure, y décrit le processus de déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, à savoir l'annexion de l'Autriche par le Reich, la crise des Sudètes avec la Tchécoslovaquie et un pacte germano-russe contre la Pologne. Profondément anticommuniste et antiallemand (tout en vouant à ce peuple une certaine admiration), il eut une vision de l'avenir du XXe siècle qui a été dans une large mesure vérifiée avec la Seconde Guerre mondiale. 

Chef-d'oeuvre inégalé, l'ouvrage de l'historien de l'Action Française est un modèle de prospective historique en ce qu'il dénonce le Traité de Versailles comme ne détruisant pas l'oeuvre de Bismarck mais même, dans certains domaines, la renforce. Ainsi, même si le pays reste dans un système fédéral, l'autorité politique de Berlin a été fortifiée. L'émiettement politique et démographique de l'Europe centrale avec la destruction de l'Autriche-Hongrie crée un déséquilibre face à une Allemagne forte de plus de 60 millions, situation ne pouvant appeler qu'à des troubles en tout genre. 

Pierre Hillard, dans sa préface, apporte des informations inédites expliquant les origines profondes conduisant au désastreux Traité de Versailles. Il ajoute, notamment, des éléments propres aux considérations de Bismarck dans ses craintes de ne pas voir l'unité allemande dans les années 1860. Après la défaite française en 1870, il avait compris qu'une France républicaine pouvait lui rendre service. C'est le même état d'esprit que l'on retrouve à Versailles et qui sauve, d'une certaine manière, l'oeuvre de Bismarck. 

"Il est dit que la perfection n'est pas de ce monde. Le tour de force de Jacques Bainville dans ce livre est d'avoir prouvé le contraire." Pierre Hillard