Tir à vue - La répression selon Macron
LIGNIER (Fiorina)
19.00 €
Disponible en stock
Samedi 8 décembre 2018. Paris, Champs-Élysées. Acte IV du mouvement des "Gilets jaunes".
Une barricade proche du drugstore est incendiée par des casseurs. Les forces de l'ordre, censées les réprimer, tirent une volée de grenades lacrymogènes sur des manifestants pacifiques regroupés de l'autre côté de l'avenue.
Soudain, touchée par un des projectiles, Fiorina s'écroule, le visage en sang. Transportée en urgence, elle est opérée le soir même : fractures du nez, du visage, traumatisme crânien. Le pronostic s'avère lourd, très lourd : l'oeil gauche de la jeune étudiante de 20 ans est définitivement perdu.
Aujourd'hui, faisant preuve d'une rare énergie, Fiorina témoigne : si elle est venue d'Amiens pour manifester au côté de son fiancé, c'est tout autant pour défendre la dignité des travailleurs de la France "périphérique" que pour s'opposer au Pacte mondial sur les migrations des Nations unies qu'Emmanuel Macron s'apprêtait à signer à Marrakech.
Face au silence des médias du système, à l'indifférence du gouvernement, à l'obstruction de la justice, la jeune étudiante en philosophie a décidé de ne pas baisser les bras. Elle livre ici une analyse sans concession des événements des derniers mois, au plus près de ce qu'elle a vécu.
Courageuse et lucide, elle invite la jeunesse de France à se lever pour défendre ses valeurs. 
Fiorina Lignier, 20 ans, étudiante en philosophie originaire d'Amiens, signe ici son premier essai.