Tribun du peuple - Mémoires - Tome 2
LE PEN (Jean-Marie)
24.90 €
Disponible en stock
Le deuxième tome des mémoires de Jean-Marie Le Pen, qui couvre la période de 1972 à 2019, devrait paraître le 15 septembre, a annoncé l'AFP l'ancien président du Front national, qui souhaite ne pas "interférer dans la campagne des élections européennes" de sa fille Marine Le Pen. Ce tome doit s'intituler "Tribun du peuple", comptera plus de 600 pages et sera publié aux mêmes éditions Muller que le premier, "Fils de la nation", tiré à 100.000 exemplaires.
"Le deuxième tome sera peut-être plus polémique" que le premier, "j'y ai sans doute quelques jugements qui porteront à contestation", a promis Jean-Marie Le Pen, qui a présidé le FN près de 40 ans avant de passer le flambeau à sa fille en 2011. 

"Dans le premier tome de mes mémoires, les Français ont découvert un jeune Breton fier de sa famille, de sa petite patrie la Trinité, de sa grande patrie, la France. Un fils de la nation désolé de voir celle-ci blessée, rapetissée par la seconde guerre mondiale et la fin de l'Empire, qui n'aura pu, malgré son engagement, empêcher des responsables politiques en poste de l'enfoncer dans la décadence.
Le deuxième tome raconte la construction d'un mouvement indépendant qui tente de relever la France, l'aventure exaltante du Front national, si généralement et si bassement calomnié. Quarante ans d'histoire de France, de lutte implacable. Une vie personnelle et familiale parfois difficile. Et puis la suite. La transmission qui ne coule pas de source. Les attaques de plus en plus vives contre la nation.
Le mondialisme totalitaire, l'ouragan de l'invasion, l'écologisme maître de la pensée unique. Et la nation trahie. La droite et la gauche piétinant leurs valeurs respectives. Le peuple français abandonné par les collaborateurs du déclin, Giscard, Mitterrand, Chirac, puis par leurs minuscules épigones d'aujourd'hui. J'ai échoué à prendre le pouvoir, mais j'aurai fait ce qu'il fallait faire, vu ce qu'il fallait voir, dit ce qu'il fallait dire.
A temps. J'aurai été le tribun d'un peuple martyrisé. Advienne maintenant que pourra. L'heure vient où il faut regarder plus haut que la terre, en espérant pourtant que notre civilisation, notre lignée, trouveront le moyen de survivre. Vive la France quand même ! "