Le postillon de Varennes
BONNEAU (Albert)
13.99 €
Disponible en stock
21 juin 1791. Le jeune Toinet qui exerce le dur métier de postillon obtient de son patron l'autorisation de conduire la lourde berline qui vient d'arriver au relais de poste jusqu'à Varennes où l'attendent son petit frère et sa grand-mère. Il ne se doute pas qu'il va ainsi se trouver aux premières places d'un tournant important de l'histoire, et c'est par l'intermédiaire de ce jeune garçon qu'Albert Bonneau nous fait vivre l'arrestation de Louis XVI et de sa famille. Cette histoire a été publiée en 1937 par les éditions Rouff. Un grand merci à Armelle Dubujadoux qui a réalisé la couverture et les illustrations de cette réédition. 
Albert Bonneau, né le 23 août 1898 à Moulins et mort le 24 janvier 1967 à Chambon-sur-Voueize, est un auteur de romans d'aventures, de cape et d'épée et de westerns (notamment la série Catamount). Il a utilisé, dans le cadre de son activité d'écrivain, une bonne douzaine de pseudonymes comme Maurice de Moulins, Jean Voussac, Jacques Chambon, Capitaine Franc'ur, Norma Kingston, Jehan Bourbonnais, Henri Gaillard ou Tante Élise. Certains de ses pseudonymes font référence à la région Auvergne où il a vécu, ainsi Moulins et Voussac qui sont deux agglomérations du département de l'Allier. Réformé du fait d'une claudication, il ne put jamais devenir militaire comme il l'avait voulu. Il embrassa la carrière de journaliste, d'abord à la revue Comédia, puis rédacteur à Cinémagazine de 1922 à 1925. Il a écrit des scénarios pour des bandes-dessinées comme Petit Riquet. La prolificité d'Albert Bonneau est une des caractéristiques de son oeuvre, à tel point qu'Alain Sanders par exemple jugeait en 2012 "impossible" de dénombrer l'ensemble de sa production, d'où son qualificatif d'homme au mille romans. Marcel Chameau et Pascal Jonnard dans leur biographie Sur la piste d'Albert Bonneau avancent l'existence de plus de 750 titres parus sous les différents pseudonymes. Ce nombre s'explique par la force de travail de l'écrivain, capable de fournir un manuscrit tous les quinze jours.