Vichy et la shoah - Enquête sur le paradoxe français
MICHEL (Alain)
25.00 €
Epuisé
Quel rôle joua le régime de Vichy dans l'application de "la Solution finale de la question juive" ? Depuis trente ans, en France, l'affaire semble entendue : le régime de Vichy a été un complice actif du génocide perpétré par les nazis.
Pourtant, face à cette thèse officielle, des pierres d'achoppement subsistent : comment expliquer, en effet, que 75% des Juifs vivant en France pendant la guerre aient pu échapper à la Shoah ? Et comment expliquer, aussi, que la France fut le pays d'Europe où les réseaux de sauvetage juifs furent les plus nombreux, les plus actifs et les plus efficaces ? Autant de "paradoxes français".
Fort d'une première étude sur les Éclaireurs israélites de France pendant la Seconde Guerre mondiale et fin connaisseur des recherches internationales sur la Shoah, Alain Michel reprend le dossier à sa source. Il présente des chiffres et pose des questions qui dérangent. Ainsi, l'antisémitisme de Vichy, qui distinguait Juifs nationaux et Juifs étrangers, a-t-il vraiment poursuivi les mêmes objectifs que les nazis ? L'existence même du gouvernement de Vichy a-t-elle permis, ou non, de ralentir la machine génocidaire ? Peut-on expliquer l'ampleur des sauvetages, comme le fit le président Jacques Chirac en juillet 1995, par la seule action courageuse des Français qui auraient ainsi pallié les errements de leur gouvernement ? Des questions souvent ignorées du public français et des réponses qui bouleversent notre connaissance de la Shoah en France.  

Alain Michel vit en Israël. Docteur en histoire (Sorbonne), il a été le responsable du bureau francophone de l'École internationale pour l'enseignement de la Shoah à Yad Vashem (2004-2009), il est aussi le fondateur et le directeur des éditions Elkana. En décembre 2009, il a abandonné son poste à Yad Vashem pour mieux se consacrer à l'écriture de ce livre achevé à l'American University (Washington DC).
Richard Prasquier est président du
Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF).