L´homme - La vie, la science, l´art
HELLO (Ernest)
23.00 €
Disponible en stock
Les prédicateurs ? Le Prédicateur. Léon Bloy écrit dans Le Fou que le drame d'Ernest Hello a été de ne pas vivre le Jour du Jugement : "La seule pensée de mourir auparavant le révoltait comme une injustice, ayant conçu dans un abîme de prières l'assurance d'être le créancier de cet avènement". Il serait plus précis de dire qu'il est mort de chagrin de n'avoir pas été reconnu comme le Jean-Baptiste de ce nouvel avènement, prêchant dans un désert si stérile qu'on ignorait même qu'il y avait prédication. On doit toujours se représenter cet homme né pour être l'annonciateur du règne du juste et du beau, écrit toujours Bloy, "non seulement assoiffé de justice et de vérité, mais incendié à en mourir, dès son premier jour, de la concupiscence du Beau". La critique est restée sourde, aveugle : "Demandez-vous un instant ce qui arriverait, dans l'Europe et dans le monde, si la justice de l'Art se levait à Paris sur les vivants et sur les morts ! Supposez un instant (n'ayez pas peur, c'est un rêve), supposez un instant qu'elle se lève aujourd'hui, cette justice des intelligences, avec le soleil de Dieu, sur la ville endormie !" La vraie critique eût dû reconnaître Christophe Colomb avant qu'il ne découvrît l'Amérique, "avant que le cri : "Terre ! Terre" n'ait retenti sur le pont du navire béni". Ernest Hello, lui, n'a même pas eu la consolation d'affréter la caravelle. (Claude Barthe)