Chateaubriand
DIESBACH (Ghislain de)
25.50 €
Disponible sous peu
La vie de Chateaubriand (1768-1848) justifie le mot de Lamennais : "Il est à lui seul toute une comédie." Et celui de Lamartine : " C'était un génie, mais c'était aussi un rôle plus qu'un homme. Il lui fallait plusieurs costumes devant la postérité." Ecrivain, voyageur, opposant de marque, ambassadeur, ministre, polémiste, oracle, amant ou idole des femmes en vue, pilier de la foi, il a constamment occupé la scène. Romancier inégal, historien novateur, pamphlétaire étincelant, il déploiera tout son génie dans l'art de conter sa vie pour la rendre conforme à l'idée qu'il s'en était faite. " Bourbonien par honneur, dit-il de lui-même, monarchiste de raison, républicain par goût et par caractère ", traditionaliste et moderniste, conservateur et libéral, il incarne et annonce tous les courants qui auront agité et façonné la société du XIXe siècle. Cette existence multiple, cet " enchanteur " pétri de contradictions, Ghislain de Diesbach les raconte et les dissèque en écrivain de race, avec l'élégance de style de l'esprit savoureux qui imprègnent ses biographies, en historien rigoureux, en scrutateur subtil et incisif des grandeurs et des faiblesses de son héros. De son enfance à Combourg à sa mort rue du Bac, à travers ses pérégrinations, ses écrits, ses états d'âme, ses actes et ses postures, Ghislain de Diesbach met véritablement à nu l'homme et l'écrivain. Il le dépeint farouchement indépendant, admettant mal d'obéir à un souverain à moins d'être son mentor, assoiffé de reconnaissance et d'applaudissements, bardé d'orgueil et de susceptibilité, toujours à court d'argent, croyant une grande carrière politique indispensable à la consécration de son talent, " se créant des obstacles, disait Mme de Boigne, pour avoir l'amusement de les franchir ", aimé des femmes plus qu'il ne les aimait, inventeur d'un " mal du siècle " qu'il ne ressentait pas, obligé par le succès du Génie du Christianisme d'assumer une foi qui n'était guère ardente. Bien qu'il soit célébré dès le début du siècle comme le premier écrivain de son temps, bien qu'il ait obtenu ministère, ambassade et pairie, son appétit de gloire ne sera jamais assouvi. Il augmentera avec l'âge, au point de fournir à Talleyrand l'un de ses plus jolis traits : "Chateaubriand se croit sourd depuis qu'il n'entend plus parler de sa gloire." Pour son biographe, Chateaubriand eût été plus admirable encore s'il avait écouté Louis XVIII : "Qu'il est grand quand il ne se met pas devant lui."   

Ghislain de Diesbach, né au Havre en 1931, salué comme un des meilleurs biographes actuels, est l'auteur chez Perrin de L'histoire de l'immigration, Madame de Staël, Necker, La princesse Bibesco, La double vie de la duchesse Colonna, Un esthète aux enfers : Philippe Jullian, et d'un Proust qui a obtenu le Grand Prix de la biographie de l'Académie française.