J´accuse le concile
LEFEBVRE (Mgr Marcel)
15.00 €
Disponible en stock
Préface :  

« Rien ne semble plus opportun en ces jours où « l'affaire d'Ecône » pose le grave problème des intentions du Concile Vatican II et de son influence sur l'autodestruction de l'Eglise, que de publier des documents rédigés au cours du Concile. 

Ces documents manifesteront avec évidence que des orientations libérales et modernistes se firent jour et eurent une influence prépondérante, grâce au véritable complot des cardinaux des bords du Rhin, malheureusement soutenus par le pape Paul VI. 

Les équivoques et ambiguïtés de ce Concile pastoral contenaient le poison qui s'est répandu dans toute l'Eglise par l'intermédiaire des réformes et applications conciliaires. 

De ce Concile est née une nouvelle Eglise réformée que S.E. Mgr Benelli appelle lui-même l'Eglise conciliaire. Pour bien comprendre et mesurer la nocivité de ce Concile il faut l'étudier à la lumière des Documents pontificaux qui mettent les évêques, les clercs et les fidèles en garde contre la conjuration des ennemis de l'Eglise agissant à travers le libéralisme et le modernisme, et cela depuis bientôt deux siècles. 

Il faut aussi connaître les documents des adversaires de l'Eglise et spécialement des sociétés secrètes préparant ce Concile depuis plus d'un siècle. 

Enfin il sera très instructif de suivre les réactions des protestants, des maçons et des catholiques libéraux, pendant et après ce Concile. 

La conclusion s'impose, surtout après l'immense désastre que subit l'Eglise depuis ce Concile ; cet événement ruineux pour l'Eglise catholique et toute la civilisation chrétienne n'a pas été dirigé et conduit par l'Esprit Saint. 

C'est rendre à l'Eglise de Notre-Seigneur Jésus-Christ et au salut des âmes un immense service que de dénoncer publiquement les agissements des hommes d'Eglise qui ont voulu faire de ce Concile la paix de Yalta de l'Eglise avec ses pires ennemis, soit dans la réalité une nouvelle trahison de Notre-Seigneur Jésus-Christ et de son Eglise. 

+Marcel Lefebvre. 

Ecône, le 18 août 1976. »