Corse. La voix de la majorité silencieuse
FRANCESCHI (Michel)
7.60 €
Disponible en stock
Retiré dans son île natale, le Général (c.r.) Michel Franceschi y vit au quotidien la crise insulaire depuis 1989. A l'occasion d'une décision politique majeure concernant l'avenir de l'île, il prend la plume pour se faire l'interprète de ce que pense la grande majorité des Corses.
Y a-t-il un particularisme corse ? Non. Il y a une communauté fière de son identité et de son appartenance à la République française, une et indivisible. Depuis un quart de siècle, un mouvement subversif ultra-minoritaire tient la Corse en otage, usurpe la souveraineté populaire et trouble la paix civile. Or, que constate-t-on ? Multipliant les expédients démagogiques, tous les accords gouvernementaux par le passé ont échoué. Celui de juillet 2000 sombrera comme les autres. Il est temps de réagir et de rendre à la Corse son égalité républicaine. Il est temps de comprendre que le particularisme statutaire de la Corse est un leurre. C'est l'organisation territoriale de la France tout entière qu'il convient de refonder. 
Le Général (c.r.) Michel Franceschi a accompli une carrière caractérisée par l'exercice de hautes responsabilités opérationnelles. Il a notamment commandé le 1er régiment de Parachutistes d'Infanterie de Marine, Unité de Forces spéciales, jouant un rôle déterminant lors de la première crise de Kolwezi en 1977. Avant d'achever sa carrière comme inspecteur des Troupes de Marine, il a vécu de 1984 à 1988 les troubles de la Nouvelle-Calédonie comme Commandant supérieur des Forces Armées. Il a témoigné de cette expérience dans un livre publié chez Pygmalion : La démocratie massacrée.
"Je dédie ce livre au préfet Claude Erignac, lâchement assassiné à son poste."