Babylone et l´effacement de César
GOLFIN (Guilhem)
12.00 €
Epuisé
Fait massif et incontestable, la mondialisation est bien plus qu'un simple phénomène économique et financier. Elle revêt une dimension politique dans le sens le plus intégrant du terme, et au-delà, une dimension spirituelle. Ce qu'elle met en jeu, ce sont les moeurs, les conceptions de la vie et de l'Homme, l'organisation des sociétés. En un mot, il s'agit d'un phénomène de civilisation, lequel est indissociable dans ses origines de l'universalisme chrétien en tant que celui-ci envisage l'espèce humaine comme un tout.
Mais la mondialisation en constitue comme une sorte de versant matériel et caricatural, une perversion complète. A moins qu'elle ne soit purement et simplement l'expression d'une crise de la civilisation. Prendre sa juste mesure suppose en tout cas d'accepter de questionner les fondements de ce que l'on nomme la modernité, dont elle constitue de fait un aboutissement, une expression paradigmatique à plus d'un titre.
C'est ce travail innovant que Guilhem Golfin mène dans cet essai roboratif.  
Docteur en philosophie, Guilhem Golfin s'est déjà fait remarquer par un essai brillant paru aux éditions du Cerf (Souveraineté et désordre politique). Collaborateur de la revue Catholica et de L'Homme Nouveau, il dirige aussi le Collège Saint-Germain, pour l'étude de la philosophie chrétienne.