Étude chronologiques pour l'histoire de N.S. Jésus-Christ - 1867
MÉMAIN (Théophile)
28.50 €
Disponible sous peu
Pour bien posséder l'histoire du Dieu-Sauveur des homes, il importe de connaître parfaitement le temps où il a vécu, et surtout les trois dates si remarquables de sa naissance, de sa prédication et de sa mort.
Rechercher et prouver ces dates, avec celles qui s'y rattachent, tel est le but de ces Études chronologiques.
L'utilité d'un tel travail est depuis longtemps reconnue par la science religieuse et profane il a été entrepris plusieurs fois ; mais malheureusement le résultat de ces essais a toujours laissé plus ou moins à désirer, et, aujourd'hui encore, il règne parmi les historiens des divisions bien regrettables dans une aussi grave question.
Nous ne saurions mieux faire ici que de reproduire ce que les auteurs de l'Art de vérifier les dates disaient à ce sujet dans la préface de leur savant ouvrage (édition de 1770) : L'importance de cet art, qui apprend à fixer l'ordre des événements, est si généralement reconnue, qu'il est inutile d'en relever ici les avantages. Personne n'ignore que la chronologie et la géographie sont comme les deux yeux de l'histoire, que sans elles l'ensemble des faits dont la connaissance est venue jusqu'à nous, n'est qu'un chaos ténébreux qui surcharge la mémoire sans éclairer l'esprit. Combien d'erreurs, en effet, par un défaut de ces deux sciences, se sont introduites dans l'histoire tant ecclésiastique que profane ? Elles sont innombrables.
Les thèses que nous allons développer ne sont pas nouvelles pour la plupart, souvent nous ne ferons que reproduire, en y ajoutant peu de chose, des démonstrations trop oubliées. Mais il fallait les réunir dans un même ouvrage, en former un système sûr et complet, qui embrasse toutes les parties de la vie du Sauveur ; il fallait surtout les défendre contre de nombreuses et spécieuses objections, restées jusqu'à présent sans réponse, et montrer enfin la fausseté et le danger des autres systèmes chronologiques ; c'est ce que nous avons voulu faire, et, Dieu aidant, nous pensons avoir suffisamment réussi.