Le cinéma allemand sous Goebbels
HARLAN (Veit)
12.00 €
Disponible en stock
FRANCE-EMPIRE (EDITIONS). 1974. 437 g - 14 cm * 19 cm - 384 pages. VEIT HARLAN, l'auteur du «CINÉMA ALLEMAND SELON GOEBBELS», est né à Berlin en 1899. Très tôt, il se consacra à l'art dramatique et travailla sous la direction d'hommes de théâtre prestigieux tels que Friedrich Kayssler, Leopold Jessner, Picador et Gustav Gründgens. En 1937, il réussit à s'imposer comme réalisateur de films avec «La Sonate à Kreutzer», d'après le roman de Tolstoï. Entre-temps, le national-socialisme avait pris le pouvoir en Allemagne. C'est sous son règne que se place la grande période de VEIT HARLAN. Ministre de la Propagande, Geobbels était le «patron» du cinéma allemand. Il aimait à qualifier les cinéastes de «racaille», ce qui ne l'empêchait pas se servir d'eux et de leur nom à des fins de propagande. VEIT HARLAN fut son grand «cheval de bataille». Avec «LE CINÉMA ALLEMAND SELON GOEBBELS», VEIT HARLAN révèle le gouffre d'intrigues et de contraintes que fut le cinéma allemand sous le IIIe Reich. Bien qu'il s'agisse d'un recueil de souvenirs, le héros de ce livre est bien plus Goebbels que l'auteur lui-même. Le film «La ville dorée» valut la gloire à VEIT HARLAN et «Le Juif Süss», l'opprobre qui ne le quitta plus jusqu'à la mort. Ce film était-il aussi antisémite qu'on l'a prétendu? Dans ce livre, l'auteur rouvre le débat. Le procès qui lui fut intenté l'innocenta mais VEIT HARLAN resta marqué du sceau de l'infamie jusqu'à sa mort. Il faut lire ces pages pour se rendre compte de la conception que Hitler et Goebbels se faisaient du cinéma allemand sur le plan politique. Quand on songe que 185 000 hommes de la Wehrmacht et de la Kriegsmarine furent retirés du front pour figurer dans le film «Kolberg», au moment où l'Allemagne sombrait dans le désastre, on demeure confondu devant la puissance de cette arme secrète que représentait encore le cinéma d'alors. C'est pourquoi ce témoignage virulent passionnera tout autant les cinéphiles que ceux qui s'intéressent à l'histoire secrète de la Seconde Guerre mondiale. Traduit en français par Albert Cologny. Etat : jaquette avec photo de Goebells sur une croix gammée; papier jauni mais bon état.