Antimaçonnisme et philomaçonnisme - Au sujet des Infiltrations Maçonniques dans la Société et dans l´Église
LARISSE (Ernest)
10.00 €
Disponible en stock
Depuis la Révolution Conciliaire de 1962-1965, il est de bon ton d'affirmer que les ennemis de l'Église n'existent pas. Il n'y aurait pas d'ennemis ; y en a-t-il jamais eu, peut-on se demander ? Pour les progressistes, les ennemis jurés de l'Église Catholique ne sont qu'une vue de l'esprit. Tous ces conflits du passé ne seraient dus essentiellement qu'à de malheureuses incompréhensions, à du parti pris, à de l'intolérance, au sectarisme des catholiques intransigeants, à l'étroitesse d'esprit de ceux qui voulaient 'convertir' et pensaient "détenir la vérité".
Une telle position ne serait plus possible, aujourd'hui, et serait inconciliable avec la mentalité moderne ; le monde actuel aurait en effet dépassé ces "clichés" d'un autre âge ! Nous vivons à l'heure de la "tolérance", de la "liberté religieuse" et de l'"oecuménisme" le plus fraternel, pour ne pas dire échevelé, n'est-ce pas ?
C'est ainsi que le combat catholique contre la Franc-Maçonnerie et les Sociétés Secrètes , ennemies jurées de l'Église Catholique Romaine, n'existe plus dans l'Église Conciliaire, d'autant plus que les progressistes qui occupent tous les postes de décision se font un plaisir de l'ignorer ou de le tourner en dérision.
Comment oserait-on encore combattre la franc-maçonnerie qui aurait mis de l'eau dans son vin, à l'instar de l'Église Conciliaire (qui, elle, a abaissé toutes les barrières !) et ne serait plus aussi critique vis-à-vis de l'Église, martèlent ces "bons apôtres" ? Observons qu'ils n'exercent leur vindicte et leur mépris qu'envers les catholiques intégristes qui ne veulent pas en démordre et campent toujours sur leurs positions "sclérosées" ? !
Qu'a-t-il bien pu se passer pour nous en soyons arrivés là et qu'il ait pu se produire depuis une bonne cinquantaine d'années un tel renversement ?