Mercenaires - Soldats de fortune et d’infortune
SANDERS (Alain)
20.00 €
Disponible en stock
On dit que le métier de mercenaire est, après l'espionnage et la prostitution, le plus vieux métier du monde. Avec un grand ancêtre : Xénophon et ses dix mille Grecs qui se mirent au service de Cyrus le Jeune, fils du roi des Perses, et en bisbille avec son frère Ataxerxès II.
L'histoire a retenu les surnoms de ces soldats de fortune - et le plus souvent d'infortune - qui, tout au long des siècles ont guerroyé sous tous les cieux : Frondeurs, Routiers, Grandes Compagnies, Lansquenets, Condottieri, Affreux, etc.
La définition courante du mot "mercenaire" est : "Un homme qui se bat pour de l'argent dans une cause qui ne le concerne pas." C'est très réducteur. D'abord parce que ces hommes se sont souvent battus pour des prunes. Mais (presque) toujours pour l'honneur. Et (presque) toujours pour leurs convictions.
C'est ce que raconte ce livre. Avec le souci fraternel de rendre hommage à ces "Oies sauvages" libres et indomptées ! 

Au sommaire : Congo ex-belge 1972 - Mourir à Bukavu, ex-Congo belge - Les dernières heures de Bukavu - Jean Schramme (1927-1988), l'Africain blanc - Bob Denard, le corsaire de la République - Rhodésie 1977. Mais où est donc passée la 7e compagnie ? - Dans les maquis anticommunistes du Nicaragua, un seul volontaire français - Croatie. Les volontaires étrangers ont répondu "Présent !" - Dans l'Éthiopie rouge - Mon ami Lance Motley - Xavier Maniguet, soldat de l'ombre. 

Annexes : La justice belge contre un héros - La mort de Jean Schramme - Le piège de Léopoldville - Un mercenaire se souvient - Mobutu : de Joseph-Désiré à Sese Seko Kuku Ngendu Wa Zabanga - Bibliographie succincte.