Léon BLOY (1846 - 1917)  Léon BLOY (1846 - 1917)
Né à Périgueux en 1846, d'un père franc-maçon et d'une mère très pieuse, Léon Bloy fut converti en 1869 par Barbey d'Aurevilly. Son premier livre "Propos d'un entrepreneur de démolitions" date de 1884.
Jusqu'à sa mort, en 1917, à Bourg-la-Reine, il mena une vie pauvre, et même souvent misérable, d'écrivain et de journaliste besogneux, malgré son amitié avec des littérateurs célèbres, - presque tous, il est vrai, aussi pauvres que lui : Barbey d'Aurevilly, Villiers de l'Isle-Adam, Verlaine, François Coppée, Ernest Hello, Catulle Mendès, Adolphe Retté, Huysmans... Le passe-temps favori du "mendiant ingrat" comme il s'est lui-même appelé, était d'ailleurs de se brouiller avec ses meilleurs amis puis de les éreinter publiquement avec beaucoup de verve !
Sa vie sentimentale fut assez agitée : il eut d'abord deux liaisons, l'une avec une prostituée, Anne-Marie Roulé, qui devint folle et qu'il fallut enfermer (c'est la Véronique du "Désespéré", l'autre avec Berthe Dumont qui mourut subitement. Il épousa ensuite Jeanne Malbech, fille d'un poète danois, à qui il fit mener une existence famélique.
La qualité de son oeuvre littéraire lui valut, dès son vivant, de nombreux fidèles : Jacques Maritain et son épouse Raïssa, Georges Rouault le peintre, Georges Auric le compositeur, Pierre Termier le géologue, etc., et aussi des fanatiques... Ces derniers ont fait école et restent merveilleusement organisés pour couvrir d'injures ceux qui ont l'imprudence d'attaquer leur idole.
De la trentaine de livres importants qu'il a publiés de 1884 à sa mort, nous citerons : "Le Désespéré" (1886), "Un brelan d'excommuniés" (1889), "Le salut par les juifs" (1892), "La femme pauvre" (1897), "Belluaires et porchers" (1905), et enfin des fragments de son journal intime sous divers titres : "Le mendiant ingrat", "Mon journal", "Le pélerin de l'absolu", etc., à partir de 1892.
(Extrait d'un article de Christian Lagrave dans le n° 164 - oct 1990 de Lecture et Tradition dans un dossier présentant une controverse à partir du livre de Léon Barbeau "Un prophète luciférien Léon Bloy")