La chapelle de Bermont - Témoin de la piété de Jehanne d´Arc
OLIVIER (Alain)
7.00 €
Disponible en stock
Cette courte publication souhaite répondre d'une manière simple et concrète aux questions habituellement posées par les visiteurs de passage à l'ermitage de Bermont. Elle est également destinée à éclairer quelques aspects, peu connus du grand public, de l'enfance de Jehanne, de sa piété, de son pays natal. "L'ombre de Jehanne est sur cette vallée comme un mystérieux clair de lune" écrivait le Lorrain Maurice Barrès, fidèle pèlerin de Notre-Dame de Bermont. Et il ajourait : "C'est là qu'il faut aller si l'on veut avoir avec Jehanne le plus sûr trait d'union."
La chapelle de Bermont était un lieu humble et paisible à l'écart du monde où sainte Jehanne cl'Arc aimait venir en pèlerinage, pour se recueillir et prier Notre-Dame.
Au temps de l'épreuve, les habitants de Greux et de Domremy, unis comme à l'époque de Jehanne, ne manquèrent pas, eux aussi, d'aller en pèlerinage à Bermont pour demander la protection de Notre-Dame.
Il eu fut ainsi en août 1944. Les termes de l'ex-voto, placé au fond de la chapelle, sont là pour en témoigner, avec beaucoup de retenue et de délicatesse :
LES VILLAGES DE "DOMREMY ET GREUX QUI NE FONT QU'UN" SONT RECONNAISSANTS A NOTRE DAME DE BERMONT DE LES AVOIR PRÉSERVÉS DE TOUT MAL 8 OCTOBRE 1944
Ce témoignage de reconnaissance est un écho lointain de la déclaration de Jehanne, le 21 février 1431, lors du procès de Rouen :
"Je suis née dans un village qu'on appelle Domremy qui ne fait qu'un avec Greux : à Greux est la principale église".
Jehanne, après avoir lutté jusqu'à la fin, accepta son sacrifice. Ce fut un 30 mai, en la veille de la fête de Notre-Dame de Bermont.
Mieux connaître son pays natal et sa piété, c'est mieux connaître Jehanne et c'est l'aimer en esprit de la vérité.