Devoir de mémoire - Les manipulateurs
YOLLET (Yan, pseudo de Gilbert MARESTIN)
25.00 €
Disponible en stock
"Non, non, et non" s'était écrié le président François Mitterrand lors d'un débat télévisé de grande écoute le 12 septembre 1994 ! Je ne souscrirai pas à la moindre repentance concernant le comportement de la France pendant le déroulement de la Shoah, car ce serait injustifié. La France n'a de pardon collectif à demander à personne, pour une participation imaginaire à ce "crime contre l'Humanité" qu'a été le génocide des Juifs. Ce crime a été perpétré par les seuls Nazis. Et la France n'a pas soupçonné son existence. Un tel crime était alors inimaginable, et il n'a pas été imaginé, d'autant qu'il a été soigneusement dissimulé par ses auteurs. Prétendre à cette connaissance aujourd'hui n'est pas conforme à la vérité historique. Cette accusation relève d'un révisionisme nouveau et d'une attitude radicalement anti-française.
Ainsi pensait François Mitterand comme avaient pensé les 5 Présidents de la République qui l'avaient précédé depuis la fin de la seconde guerre mondiale.
Mais après la déclaration Mitterand, voici qu'est apparue dans l'actualité la "déclaration Chirac". Devenu le nouveau Président des Français, cet homme a pris à contre-pied tous ceux qui l'avaient précédé. Il a carrément prétendu que les Français du temps de Vichy avaient prêté leur concours à l'enteprise génocidaire nazie ! Et il l'a fait dans une déclaration publique ahurissante, dont il y a lieu de rappeler la teneur exacte.
"Ces heures noires (il s'agit du temps de l'Occupation) souillent à jamais notre Histoire et sont une injure à notre passé et à nos traditions. Oui, la folie criminelle de l'Occupant a été, chacun le sait, secondée par des Français, secondée par l'Etat français".
Cette déclaration est un mensonge grossier. Yan Yollet dans le présent essai rétablit la vérité.