Mes partis pris (troisième série)
SOLEIL (Xavier)
29.00 €
Disponible en stock
Jamais deux sans trois. Après les deux premières séries de sesPartis pris, Xavier Soleil, qui avait inauguré une approche - osons le mot - solaire de la littérature récidive avec un troisième volume où il fait à nouveau la preuve que la critique littéraire à encore de fervents desservants.
Cette troisième série, participe de la même singularité. Ainsi qui connaît encore Joseph Malègue, cet écrivain né en Auvergne en 1876 ? Presque personne. Sinon Xavier Soleil dont l'érudition ramène cet auteuroublié à qui l'on doit pourtant uen oeuvre majeure, Augustin ou le Maître est là de Joseph Malègue, parue en 1933. Il en est de même pour Henry Bordeaux, ou pour Léon Bloy dont le journal et, surtout, l'immense correspondance ne sont plus lus.
Comme il ne donne pas dans le convenu et qu'il assume ses. partis pris, une place de choix est faite à deux grandes dames. Marie-Aimée de Kermorvan et Marie-Madeleine Martin. La première fut une amie de La Teilhède et de Maurras. Et un grand poète catholique. La seconde, née à la Chapelle d'Angillon - le village d'Alain-Fournier -, chartiste de formation, fut la grande historienne de la France éternelle. 
Mes partis pris - et je parle des trois volumes - sont de ces livres qui donnent au lecteur le sentiment d'être intelligent. L'auteur y prend de la hauteur et, du même coup, élève ceux qui le lisent. Il y a, chez lui, quelque chose de l'honnête homme du XVIIe siècle qui était d'abord un amateur. A savoir quelqu'un qui aimait et qui, de ce fait, donnait à aimer.
Ainsi lit-on en bonne compagnie. Avec des compagnons choisis. Des happy few ? Peut-être. Mais, faut-il, le dire, nous n'avons jamais eu la religion du nombre. (extrait de la préface d'Alain Sanders).