Attendu que. Philippe Pétain face à la ténébreuse alliance
MOUTON-RAIMBAULT (Claude)
13.00 €
Disponible sous peu
Les vrais raisons du procès du Maréchal Pétain ne sont pas celles que l'on croit. Les accusations de "collaboration", d'"intelligences avec l'ennemi", de "trahison" ne furent que des prétextes inventés par la "ténébreuse alliance" du Capitalisme et du Communisme, qui se sentaient menacés par la Doctrine spirituelle et sociale qu'il était en train d'appliquer et qu 'il désirait promouvoir à la fin de la guerre. La Constitution qu'il avait eu mission de préparer et qu'il voulait soumettre à l'Assemblée Nationale a été étouffée par une conjuration qui, sous le couvert du gaullisme, avait décidé de livrer l'Empire et la France aux synarchies d'affaires et aux idéologies matérialistes. Cette Constitution, dont les principes avaient été soumis au Pape Pie XII, barrait la route à la lutte des classes et prônait les corporations libres pour faire échec aux trusts privés ou d'Etat. Aux antipodes du national-socialisme et du fascisme, elle s'inspirait directement de la Doctrine sociale de l'Eglise, telle que l'avaient définie Léon XIII et Pie XI. Elle tâchait de créer une société communautaire où les Français se seraient retrouvés unis, pour le plus grand bien de la Patrie, des provinces d'outre-mer et du monde en général.
Depuis la condamnation de Philippe Pétain - 15 août 1945 - Capitalisme et Communisme, qui se ménageaient "l'un et l'autre en secret", sont devenus deux monstres prêts à s'entre-dévorer et à entraîner la planète dans un chaos apocalyptique. C'est pourquoi bien des regards inquiets et chargés de remords se tournent vers l'Ile d'Yeu.
Réfutés ici un à un, les attendus de la Haute Cour n'apparaissent plus que comme des masques cyniques et dérisoires.