Mes partis pris (deuxième série)
SOLEIL (Xavier)
26.00 €
Disponible en stock
La bibliothèque de Xavier Soleil, telle qu'elle apparaît dans les pages de ce livre, montre avec force que la littérature est liée à la Cité, à ses dimensions religieuses, politiques et sociales. Par ce lien qu'on oublie parfois à l'usage, ou qu'on minimise pour privilégier la littérature comme évasion, des noms se trouvent rapprochés : Balzac, Béhaine, Le Play, Rebell, Benjamin, Maurras.
Que des auteurs connaissent un temps de purgatoire, que d'autres ne restent appréciés que par un premier cercle, situation normale dans le cadre de l'histoire de la littérature. Mais les quelques noms cités ci-dessus, en majorité obscurs, le sont non par le jeu du temps mais parce qu'ils ne sont pas admis dans le domaine de l'histoire littéraire officielle : ils restent sous le boisseau par incompatibilité politique avec le système dominant. Écrivains « interdits »-Drumont -, écrivains délaissés par lâcheté et facilité -Barrès -, parce qu'ils ont pris parti dans bien autre chose que des disputes de chapelles littéraires : dans la querelle politique des Anciens et des Modernes, lors de l'Affaire, lors de l'Épuration, etc., ils habitent l'enfer où la Démocratie laïque et obligatoire les maintient.
Parler d'un écrivain qu'on apprécie sans communiquer l'envie de le lire, serait un échec. On se convaincra de la réussite de Xavier Soleil à transmettre ses goûts et ses idées en lisant les études rassemblées ici, qui suggéreront à chacun d'augmenter sa bibliothèque de quelques noms et titres. (Samuel Martin)