L´enjeu de l´Eglise. La messe. Tradition - Fidélité - Renouveau
AULAGNIER (Abbé Paul)
29.00 €
Disponible en stock
La liturgie catholique est, aujourd'hui, en pleine "anarchie". Le Cardinal Ratzinger parlait, lui "d'expérimentations" incessantes.
Un "renouveau" liturgique est donc nécessaire. Il passe par le retour sur les autels de la Messe traditionnelle, latine et grégorienne selon le rite de saint Pie V - oeuvre essentielle du Concile de Trente -.Elle en est l'archétype. Ce fut la grande idée de Mgr Lefebvre. Toute son oeuvre !
C'est ce que désire, aujourd'hui, réaliser Benoît XVI comme le souhaitait Mgr Klaus Gamber, qu'il nous présente comme un maître du renouveau liturgique. Il faut qu'"à l'avenir le rite plus que millénaire de la Messe soit conservé dans l'Eglise catholique romaine. comme forme primaire de la célébration de la Messe", écrivait Mgr Gamber dans son livre La Réforme liturgique eu question.
Mais quelle opposition ne rencontre-t-il pas dans cette oeuvre capitale ! C'est l'enjeu aujourd'hui de l'Eglise ! Cet enjeu - son histoire, son explication, ses raisons, les circonstances historiques qui l'entourent, les personnes qu'il met en cause : les évêques et archevêques de France, la Curie Romaine, ses cardinaux, la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, les communautés Ecclesia Dei adflicat - fait l'objet du livre de Monsieur l'abbé Aulagnier, disciple de Mgr Lefebvre.
Il écrit cette histoire sans dureté mais aussi sans ménagement. Il tenait une chronique mensuelle de tous les événements. C'est son "livre blanc". Son témoignage. Une histoire. 
L'abbé Paul Aulagnier, le quatrième enfant d'une famille de cinq enfants, est né le 25 mai 1943 à Ambert (Puy de Dôme), la cité d'Henri Pourrat. Il est entré au Séminaire français de Rome. A la Grégorienne, il passa sa licence de philosophie, rencontra Mgr Lefebvre qu'il suivit dans sa fondation de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X à Ecône et à Fribourg. Il fut supérieur du District de France pour la FSSPX de 1976 à 1994, ainsi qu'assistant du Supérieur Général jusqu'en 2002, date à laquelle il donna sa démission.
Aujourd'hui, il est membre de l'Institut de Bon Pasteur.