Un trouvère de Saint Joseph, le bienheureux frère André du Canada
BASTYNS (Frère Marie-Ludovic)
11.00 €
Disponible en stock
Alfred Bessette est né le 9 août 1845 à Saint-Grégoire d'Iberville (Québec). Il était le huitième d'une famille de douze enfants. Son père meurt alors qu'il a neuf ans et sa mère trois ans plus tard. Orphelin à douze ans, sans argent ni instruction, petit et malingre, il travaille comme garçon de ferme chez un oncle et touche à divers métiers : apprenti cordonnier, boulanger, ferblantier, forgeron. L'histoire d'Alfred Bessette est celle d'un homme de prière. L'abbé André Provençal qui l'avait recommandé aux religieux de Sainte-Croix, avait été témoin, dans son église paroissiale, de la piété du jeune homme. Il avait dit à Alfred, qui hésitait à se présenter au noviciat à cause de son ignorance, qu'il n'était pas nécessaire de savoir lire ou écrire pour prier. Il avait déclaré, dans sa lettre de recommandation : "Je vous envoie un saint".
Il prit en religion le nom de Frère André. C'est la prière qui est au coeur de son activité de thaumaturge. Il prie avec les malades, les fait prier, les invite à se réconcilier avec Dieu. Il passe des parties de la nuit à prier. Il médite la Passion du Christ qu'il reconnaît dans les personnes souffrantes qui se présentent à lui. Comme Moïse sur la montagne, il passe des heures à intercéder pour ceux et celles qui se confient à sa prière. Il avait la mémoire des noms, aimait rire et n'était pas dépourvu d'humour. "Quand je suis entré en communauté, aimait-il à dire, mes supérieurs m'ont mis à la porte et j'y suis resté quarante ans sans partir !". Et c'est vrai qu'il exerça la fonction de portier à la perfection. Dans tous ses actes, dans les moindres faits de sa vie, il fut l'humilité même.
Le Frère André est mort le 6 janvier 1937 à l'âge de 91 ans. Il a été déclaré bienheureux le 23 mai 1982 par le Pape JeanPaul II. A ceux qui lui attribuaient le pouvoir de guérir, il répondait: "Ce n'est pas moi qui guéris. C'est saint Joseph !". En savourant ce petit livre plein de fraîcheur, frère André communiquera à tous les lecteurs le grand amour, la grande dévotion qu'il avait pour saint Joseph.