Profil de la nuit - Un itinéraire en poésie 1956-2004
BARGUILLET HAUTELOIRE (Armelle)
-50 %
35.00 €
17.50 €
Disponible en stock
"Je suis partie au-devant de moi
comme la source au-devant de son cours"

Ainsi commence, à la fin de l'enfance, mon itinéraire en poésie. La poésie, je l'ai choisie comme une voie privilégiée dans laquelle on s'engage pour une navigation au long cours, une ascension au long souffle. Dès Terre Promise, le sort est jeté : l'aventure humaine n'a d'intérêt que si elle se fonde sur la parole. Le "qui suis-je pour l'autre" des premiers poèmes va bientôt devenir le "puis-je être sans l'autre" de Malabata, pour s'achever avec le "pouvons-nous être sans Dieu" du Cœur Révélé. Telles sont les interrogations que le poète est amené à poser selon un questionnement qui lui est propre, se plaisant davantage à restituer quelque chose qui n'est plus ou à recommencer une enfance, qu'à prouver ou démontrer quoi que ce soit. Le contact déchirant avec ce qui ne cesse de s'abîmer dans l'oubli l'érige en guetteur passionné d'une impossible survie, en champion d'un combat contre le temps qui engloutit tout, en chantre d'une épopée où l'homme en peine "des cieux défunts" cherche à traduire ce qu'il ressent au moyen d'une expression qui se veut quelque chose à servir. C'est la raison pour laquelle il emprunte un itinéraire qui n'est pas habituel, afin que les mots du poème s'agencent de façon telle que ce qu'ils signifient les dépasse.  

Armelle Barguillet Hauteloire a commencé à écrire jeune. Dès l'âge de vingt ans, elle publie Terre Promise qui sera remarqué par Pierre Seghers. Suivent Incandescence, Le Chant de Malabata qui sera couronné par l'Académie française, Cantate pour un monde défunt par le prix Renaissance et Je t'écris d'Atlantique par le prix des Cahiers Froissart. En réunissant quelques-uns de ses poèmes les plus significatifs sous le titre Profil de la Nuit, elle démontre combien l'écriture est une démarche intérieure qui s'inscrit dans un itinéraire spirituel : une quête de soi d'abord, une quête de l'autre ensuite, mais davantage, sans doute, une quête de Dieu.