Sociologie du communisme T3 - Les religions séculières face à l´Imperium Mundi
MONNEROT (Jules)
20.00 €
Disponible en stock
Les religions séculières sont des formes frustes, inférieures et inachevées, de vie religieuse.
Et le communisme n'est pas une forme particulièrement réussie de religion séculière.  
"L'absence de transcendance, la substitution puérile du futur (société sans classes) à l'au-delà (Paradis) en font une religion primitive. exposée à un perpétuel démenti des faits."
"Religion séculière et État totalitaire sont deux faits connexes. Qu'est que le totalitarisme? Un seul système de la dépendance humaine à l'âge industriel"
.
Tel est l'absolutisme du XXe siècle, ici décrit en continuité avec les tyrannies antiques et médiévales pour en mieux fixer les caractéristiques. Ce "système des dépendances individuelles", dans les deux totalitarismes du siècle dernier, le russe et l'allemand, se caractérise par une resacralisation de la politique".
Le sacré se déplace mais ne disparaît pas. Depuis la désaffection de la religion traditionnelle commencée au XVIIIe siècle, "tout se passe comme si les ferveurs rendues disponibles. se reportaient sur d'autres objets".
De nouveaux mythes s'imposent: la Nation ou la Race, l'Individu, l'Espèce (le genre humain). Mais "ce qui n'était encore au XIXe siècle que passions collectives nationales et sociales, se durcira en religions séculières".  
"Le marxisme communiste est l'agressive dérision d'une religion de l'Espèce".