Le complexe du Procuste
VOLKOFF (Vladimir)
15.00 €
Disponible sous peu
Procuste, brigand célèbre de l'Antiquité, attachait ses victimes sur un lit. Puis, à l'aide d'un couperet et d'un treuil, il les raccourcissait ou les étirait, selon leur taille, pour les amener toutes, sans distinction d'âge, de sexe ou de fortune, aux dimensions exactes du fameux lit.
Thésée - une autre gloire de la mythologie - qui avait déjà liquidé le Minotaure, passe pour avoir débarrassé le monde de Procuste.
Mais Procuste est-il mort ? Volkoff ne le pense pas. Pour lui, Procuste a survécu, il prospère, il est même aujourd'hui le maître du monde.
De Valparaiso à Vladivostok et de Dunkerque à Tamanrasset, nous sommes tous ses très humbles et très obéissants serviteurs.
Il n'a même pas besoin de nous contraindre à monter sur son lit. Nous nous y rendons de nous-mêmes, en rangs serrés et en célébrant le divin Procuste.
La différence est à la mode. Mais ce plaidoyer pour la différence est lui-même assez différent de tous les autres pour ne laisser personne indifférent.
Tout d'abord il n'est pas abstrait. Il l'est même d'autant moins que, selon l'auteur, la première vertu de la différence est de nous ramener au réel, de redonner au monde ses couleurs, de nous rendre le goût, le sens et le respect du concret.
Il n'est pas non plus simpliste. L'éloge de la différence ne se confond pas ici avec la réhabilitation du biniou, ni le refus de l'uniformité avec un anti-égalitarisme primaire.